Assumer mon imperfection, mon authenticité…

Salut à toi !

Comme tu l’as remarqué (ou pas ?), depuis quelques semaines, je n’arrivais plus à écrire ici, ni sur Facebook.

Et pourtant, j’ai rarement été aussi active : j’ai renoué avec l’art journaling quotidiennement, j’ai continué mon roman, et surtout, j’ai quitté mon emploi pour me lancer à 100% en tant qu’indépendante, tout en m’occupant, bien sûr, de mes client-e-s. Sans oublier ma vie de famille et ma vie sociale…

Ce n’est pas l’envie qui m’a manqué de t’écrire ici. Au contraire, j’ai commencé un tas d’articles qui sont restés dans les brouillons. J’ai noté 1000 idées dans mon carnet. J’ai formé 1000 phrases dans mon esprit à te partager…

Et pourtant… je ne l’ai pas fait. Une peur de me dévoiler, trop. De ne pas « faire sérieux », de ne pas être prise au sérieux si je montre une image imparfaite, authentique, trop sincère. C’est dommage, on est d’accord. Car les échanges que nous avons sont basés, justement, sur cette authenticité. Mais à partir du moment où l’enjeu d’une activité professionnelle s’en est mêlé, je suis tombée dans l’obsession de tout contrôler, à commencer par mon image en ligne.

Alors que j’avais créé ce blog justement pour échapper à cette pression de la perfection et de la bonne élève que j’ai toujours eue, pour avoir un espace -mon espace !- de liberté, d’authenticité pure et dure.

Un espace pour parler de mes passions, discuter avec toi, échanger sur la créativité, l’écriture, mes explorations personnelles et professionnelles, la vie, quoi !

Un espace où partager, écrire aussi sur mon voyage intérieur, créatif, cette formidable aventure dans laquelle je me suis lancée avec ma passion, mon enthousiasme et ma curiosité pour compagnes. Mais j’ai hésité à le faire ici… et puis, j’ai ressenti un sentiment de trahison à ton égard. J’ai réalisé qu’en faisant cela, c’était ne pas te faire confiance, trahir la bienveillance et le soutien, dont tu fais preuve à mon égard depuis toutes ces années…

Je m’aperçois que j’entretiens moi-même les peurs qui m’emprisonnent, je leur laisse le pouvoir de me contrôler. J’écoute mes peurs car je sais qu’elles sont là pour me protéger… mais j’essaie d’apprendre à ne plus les laisser me dominer.

Un autre élément qui m’a tenue éloignée du blog, c’est le perfectionnisme. Autant pour l’écriture, je ne me pose pas trop de questions : j’écris ce qui me vient, directement, sans (trop) réfléchir. Autant la mise en forme, la recherche de la photo d’illustration, la mise en page… ça me saoule clairement. Parce qu’il faut bien le dire, nous sommes souvent très bons pour compliquer les process les plus simples. Dans mon cas : ouvrir mon ordi et écrire. Mais j’imagine que toi aussi, tu as des domaines dans lesquels tu as envie de t’exprimer et pour lesquels tu crées toutes sortes de complications inutiles, qui ne servent qu’à nourrir ta procrastination…

Prétextes tueurs de rêves.

Etouffeurs de créativité.

Je ne veux plus d’excuses. Je ne veux plus me censurer.

Je veux juste t’offrir ce qui me vient, là, tout de suite, avec les différents aspects de mon activité en toile de fond : les mots, l’accompagnement, la transmission, l’estime de soi.

Parce que c’est ce qui me passionne dans la vie : d’un côté, j’aime exprimer ma sensibilité, prêter attention aux mots, avancer sur le chemin de la connaissance de moi-même, des autres, du monde qui m’entoure. D’un autre côté, j’adore partager mes réflexions, transmettre et accompagner mes clients vers une meilleure estime de soi, à la recherche des idées et des mots justes.

Qu’y a-t-il de plus beau dans la vie que de nous nourrir les uns des autres, nous inspirer mutuellement pour créer la vie dont on rêve. Je t’assure, elle est là, plus près que tu ne le crois…

Parce qu’au fond, il ne s’agit que de ça : faire son bout de chemin, contribuer à son échelle à une société un peu meilleure, rencontrer des gens sur la même longueur d’ondes, se faire plaisir et faire plaisir… vivre une vie qui a du sens. En toute simplicité… mais qui a dit que ce serait facile ?

Me voici donc de retour sur le blog… j’ai plein de choses à te dire, plein d’interrogations existentielles et d’expériences sympas à partager…

On se retrouve bientôt ?

Sofia

PS : alors que je cherchais la photo illustrant l’article, je suis tombée sur celle-là…

Je ne suis pas sûre qu’elle aurait donné envie de cliquer sur « lire la suite » mais je ne résiste pas à l’envie de la mettre ici… parce qu’elle symbolise la lumière qui arrive enfin après plusieurs mois dans un tunnel… Bon, pour l’illustration de l’article, le mug multicolore, c’est pas mal aussi, plus coloré, plus optimiste, et ça me va bien ! 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.