Accepter sa Vulnérabilité, c'est accepter ses forces et ses fragilités

Explorer sa vulnérabilité #1

Salut à toi !

Je suis particulièrement heureuse de publier ce billet aujourd’hui car je te parle d’un thème que je trouve particulièrement passionnant et que j’ai décidé d’explorer dans les prochaines semaines : la Vulnérabilité.  Comme je le disais aux abonné-e-s à la newsletter du blog récemment, je me questionne depuis un moment sur cette notion de vulnérabilité, surtout en tant qu’artiste et entrepreneure.

Je prends de plus en plus conscience qu’accepter d’être vulnérable, ce n’est pas se mettre en danger… Au contraire !

Accepter d’être vulnérable, c’est mieux se connaître, accepter qui on est, avec ses forces et ses failles, pour grandir, vivre en conformité avec sa personnalité, créer des liens authentiques avec les autres.

J’ai longtemps cru que je devais donner une image « parfaite » de moi. J’ai tenu un rôle pendant des années, celui de la bonne élève, bonne fille, bonne copine, bonne employée, qui ne fait pas de vagues, ne demande rien, n’a besoin de rien et contrôle tout. Je pensais que j’étais obligée de donner le change, même lorsque je me retrouvais en difficulté. Dans mon histoire, montrer que je ne sais pas, que je ne comprends pas, c’est prendre le risque de passer pour nulle, stupide, incompétente.
Bien entendu, c’est tout l’inverse qui s’est produit : ce comportement m’a porté préjudice, car je me suis parfois retrouvée coincée dans des situations compliquées, où je n’osais pas avouer mon ignorance, mon désarroi, mon besoin d’aide… jusqu’à ce que cela ne soit plus tenable.

J’ai fini par comprendre que demander de l’aide, accepter la main tendue n’est absolument pas une honte mais au contraire, l’occasion d’apprendre, d’échanger, de bénéficier d’un autre point de vue, d’une autre expérience.

J’ai fini par comprendre que demander de l’aide,
J’ai donc commencé à accepter ma propre vulnérabilité, à admettre que je n’ai pas à être parfaite, ni à mes yeux, ni à ceux des autres… d’autant plus que, on est bien d’accord, la perfection n’existe pas.

J’apprends encore à être davantage bienveillante avec moi-même, à ne pas prendre chaque erreur, chaque échec comme une catastrophe mais comme une chance d’apprendre, d’évoluer. L’apprentissage n’est pas toujours facile (les vieux réflexes ont la vie dure !) mais le résultat est passionnant ! Je me sens moins engluée dans la culpabilité et plus ouverte à la découverte, plus sereine avec moi-même et les autres, plus curieuse, plus joueuse. Autant je n’hésite pas à tester, expérimenter, recommencer sans cesse quand il s’agit d’art, autant dans d’autres domaines de ma vie, ce lâcher prise sur le résultat pour se focaliser sur le processus était plus difficile. Mais peu à peu, j’intègre à ma vie quotidienne cette nouvelle façon de vivre : essayer, se tromper, rectifier, recommencer… parfois, les erreurs se répètent, c’est normal, cela peut prendre du temps d’identifier un fonctionnement, un état d’esprit dont on ne veut plus. Mais une fois qu’on a compris comment on (ré)agit, ce qu’on veut garder dans sa vie et ce dont on veut se débarrasser,

alors, le changement devient possible, tant qu’on respecte son propre rythme, sa personnalité, ses valeurs.

Ainsi, je me suis aperçue que j’analyse et comprends facilement mes mécanismes. Mais j’ai besoin de temps pour mettre en place les nouvelles façons d’être auxquelles j’aspire. Il y a un décalage entre mon observation/analyse et l’amorce du changement.

Je me sens souvent frustrée de ne pas changer assez vite les comportements qui me dérangent, je m’irrite parfois de ne pas trouver LA solution miracle qui changera les choses… et pourtant, quand je laisse le temps faire son oeuvre, que je persévère un jour après l’autre dans la voie que je suis en train de tracer, je m’aperçois que ces changements – ô combien souhaités – finissent par arriver, et toujours au bon moment.
« Comme par magie ».
Pendant des mois, des années, je me disais en entendant ou lisant ce genre de propos : « mais oui, c’est bien beau, tout ce blabla, mais moi, ce n’est pas pareil. J’ai des vrais blocages à lever, et ce n’est pas en attendant que le temps passe que ma situation va s’arranger. » Peut-être que tu penses la même chose de toi ? Peut-être que tu as l’impression que tu n’y arriveras jamais ? Peut-être que tu trouves que tu fais beaucoup d’efforts, de travail sur toi-même… pour pas grand-chose ?

Persévère, lâche prise sur le résultat et continue tes efforts. A un moment donné, ça finira par payer.

Pour le coup, je te demande de me croire sur parole, parce qu’en fait, ça marche comme ça.

Une des clés a donc été, pour moi, d’accepter mes failles (et aussi mes forces, mais ça, c’est une autre histoire dont je te parlerai dans un prochain billet !). Et aujourd’hui, j’ai envie d’approfondir mes réflexions, expérimentations et découvertes et de les partager avec toi. C’est pourquoi, dans les prochaines semaines, je vais t’inviter à explorer et échanger sur cette thématique. Pour cela, je te prépare des articles et podcasts inspirants, et j’ai convié quelques ami-e-s à vivre cette expérience avec moi. Avec nous.

Je suis vraiment très curieuse de savoir ce que tu penses de ce sujet ! Dis-moi tout dans les commentaires !

En attendant, prends soin de toi et de ta créativité !

Sofia

Pour suivre l’actualité du blog et recevoir de l’inspiration directement dans ta boîte mail,

inscris-toi à la newsletter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *