Le jour de ma renaissance…

Une rencontre, un bouleversement, une (re)naissance… ou comment j’ai décidé de réaliser mes rêves.

Il y a 3 ans, ma nouvelle vie commençait.

Une naissance en forme de renaissance. Un petit être allait bouleverser mon existence comme jamais auparavant. Avant mon fils, je menais une vie trépidante, à 200 à l’heure, engagée, (hyper)active. Une vie où je m’éclatais, tournée vers et avec les autres. Puis la grossesse. Véritable voyage initiatique à la découverte d’un corps dont je ne soupçonnais pas, jusqu’alors, à quel point il pouvait être à la fois complexe et mystérieux, cocon et épanouissement. La Magie de la Vie comme on dit. LA phrase cliché. Mais honnêtement, rarement une phrase n’a été aussi juste ! La grossesse m’a permis de me ressourcer, d’aller à la rencontre de mes capacités, de ma vraie personnalité. Je crois que j’ai vraiment aimé être enceinte parce que je me suis autorisée à être complètement moi pendant cette période (et bon, aussi, parce que tout le monde a été incroyablement gentil et prévenant avec moi ! 😉 ).

Et puis l’accouchement, le jour où j’ai enfin rencontré cet être que j’avais fabriqué, le fruit de mon intimité la plus profonde, la plus animale.

Le jour où sa vie a commencé. Le jour où la mienne a recommencé. Le jour où, le regardant endormi, je me suis fait la promesse de toujours être celle qui se bat pour ses rêves, qui ne subit pas son quotidien, qui se donne les moyens de ses ambitions… pour lui, pour lui montrer que c’est possible, que c’est même vital. Pour moi, car j’ai pris conscience que ce nouveau rôle qui m’incombait désormais ne pouvait aller de pair qu’avec une vie authentique, connectée à mes aspirations les plus profondes.

Peu après sa naissance, j’ai ouvert mon blog. Peu après sa naissance, je me suis lancée dans l’art journaling, cette nouvelle façon d’exprimer mes émotions, pensées, joies et peines. Peu après sa naissance, je me suis remise à l’écriture, avec le démarrage de mon roman.

Au début, je me disais que c’était pour lui. Maintenant, je sais que c’était surtout pour moi. Qu’en réalité, en devenant mère, je suis également devenue libre. Libre d’être moi-même, libre de vivre tel que je l’entendais. Parce que maintenant que je suis responsable de ce petit être humain, je me dois de lui montrer la voie de l’authenticité, afin qu’en grandissant, il explore son propre chemin. Mon fils a été le meilleur moteur de développement personnel pour moi.

La parentalité secoue, remue, chamboule les a-priori et dans mon cas, elle m’a permis de me recentrer sur mes aspirations, et sur moi-même tout simplement, au lieu de “me diluer” à l’extérieur. Mais pas besoin de devenir parent pour se révéler à soi-même, se réaliser, oser se lancer sur le chemin de ses rêves. Il suffit d’une belle rencontre, au bon moment, pour se sentir pousser des ailes… Parfois, c’est une expérience joyeuse, voire spirituelle, magique. Parfois, c’est une épreuve de la vie qui se dresse sur notre chemin. Parfois, c’est une prise de conscience, un ras-le-bol, une envie de plus, de mieux… Quelle que soit la façon dont nous sommes amené-e-s à (re)prendre notre vie en main… le plus important, c’est d’oser ! Oser sortir des carcans sociaux, éducatifs, professionnels, familiaux. Ca fait peur, ça bouleverse, mais une fois qu’on y a goûté… le retour en arrière n’est plus possible… il ne reste qu’à continuer l’exploration !

*Dis-moi, y a-t-il eu un évènement, une rencontre (ou plusieurs !) qui t’ont poussé-e à donner une nouvelle impulsion à ta vie ? Raconte-nous tout dans les commentaires !*

A propos d’oser, demain, je lance ma prochaine offre, que j’ai trop hâte de te dévoiler !

Et pour recevoir des nouvelles fraîches, du contenu exclusif et de la bonne humeur directement dans ta boîte aux lettres, tu peux t’inscrire ici : La Lettre de Tira Taghuri.

Sofia

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *