Et si Internet n’existait pas, que ferait-on ?

Ces derniers jours, la question de la déconnexion Internet est apparue dans mon radar de plusieurs façons. Je n’ai pas tout de suite fait le lien, mais il se passe un truc autour d’Internet en ce moment autour de moi. Et j’ai eu envie de t’en parler, parce que je me dis que tu ressens peut-être cela aussi. 

Comment je me suis aperçue qu’il se passait un truc avec Internet

Au boulot, à cause d’une coupure de téléphone, nous n’avons pas eu Internet pendant 3 jours. C’est très embêtant, pour ne pas dire handicapant, professionnellement parlant, mais ça m’a permis de faire des tâches que je repoussais depuis un moment : mettre des dossiers à jour, écrire du contenu, faire du rangement…

Et puis ma copine Marie a annoncé cette semaine qu’elle quittait Facebook. Une info totalement inattendue, qui a bien secoué sa communauté. Nous avons échangé sur le sujet. Elle explique sur son blog les raisons de cette décision courageuse et inhabituelle, surtout pour quelqu’un qui a développé une telle visibilité sur ce réseau social. En écho, Cindy de 24 identités se posait la question aujourd’hui : “Et si Internet n’existait pas, qu’est-ce qu’on ferait ?”

Parallèlement à cela, je ressens depuis un bon mois maintenant un fort appel à la Simplicité, une envie de me recentrer sur le blog, sur le pourquoi de ce blog. Je me sens très diluée sur les réseaux sociaux, entre les nombreux groupes auxquels j’appartiens et les pages innombrables auxquelles je suis abonnée. C’est là tout le paradoxe de Facebook : tu y fais à la fois des rencontres formidables (certaines d’entre elles ont littéralement changé ma vie !) et en même temps, tu peux très facilement t’y perdre !

Et si Internet n’existait pas, qu’est-ce que je ferais ?

Alors, ce soir, je me pose la question initiée par Cindy : “Et si Internet n’existait pas, qu’est-ce que je ferais ?” Eh bien, la réponse est simple : j’ouvrirais et animerais un café culturel, mêlant bibliothèque, espace d’exposition, ateliers artistiques, rencontres inspirantes, et je créerais un magazine traitant de la créativité et d’art. Si Internet n’existait pas, j’écrirais mon livre, tous les jours. Si Internet n’existait pas, je sortirais de chez moi pour rencontrer d’autres personnes dans la même énergie que moi. Si Internet n’existait pas, je prendrais un bureau et j’accompagnerais des personnes dans la reprise de confiance en elles (et en leur créativité) grâce à des accompagnements et ateliers créatifs. Si Internet n’existait pas, je ferais des recherches en bibliothèque, je discuterais davantage avec mon libraire. Si Internet n’existait pas, je ferais de l’art journaling tous les soirs ou presque, je lirais avant de me coucher et je lirais en buvant mon thé le matin. Si Internet n’existait pas, je passerais plus de temps à expérimenter des choses en tant que maman, et moins à lire 200 articles sur l’éducation, en m’en tenant à la théorie.

La liste peut continuer.

J’adore Internet mais je décide de me recentrer sur mes projets.

Au fur et à mesure que j’écris, je m’aperçois de tout ce que j’aime aussi sur le Net : les rencontres, les découvertes, l’ouverture sur le monde, les réponses aux questions que je ne me pose pas forcément 😉 tout ce qui comble ma curiosité, les informations alternatives aux grands medias, les initiatives formidables, les causes qui paraissent perdues mais que nous gagnerons, l’énergie, la créativité…

Mais je ne connais que trop bien le danger de s’y perdre, surtout quand on crée, quand on veut y mener son activité. Je sais ce que je veux faire de ce blog, une plateforme dédiée à la créativité, un lieu où échanger, discuter, réfléchir et créer, ensemble. Or, je m’aperçois que c’est sur Facebook que j’ai beaucoup écrit ces derniers temps. Et franchement, je n’aime pas ça. Je préfère de loin écrire des articles ici. J’ai donc décidé de limiter mon temps et ma présence sur les réseaux sociaux, et de me consacrer au blog. J’ai décidé de me donner les moyens de créer ici cet espace dont je rêve. Je vais essayer (oui, je dis bien “essayer” car je n’y suis pas encore arrivée) de me contenter d’un créneau quotidien sur Facebook, et de consacrer le reste de mon temps au blog, aux projets en cours et à venir, et surtout à être plus régulière ici.

retrouver l’INSPIRATION

En me posant cette simple question, j’ai eu plusieurs idées que je me suis empressée d’écrire dans mon carnet. Et je t’encourage à te la poser aussi. C’est un principe bien connu au sujet de la créativité : la contrainte libère l’esprit. Alors, si comme moi, tu es hyper-connecté-e, prends quelques minutes et laisse ton esprit vagabonder. Que ferais-tu, que créerais-tu, comment créerais-tu si Internet n’existait pas ? Tu verras que des idées parfois étonnantes vont émerger. Tu verras que de nouveaux horizons vont apparaître, des rêves peut-être fous, des chemins vierges de tout passage, des perspectives différentes.

Ensuite, je te propose de choisir l’idée qui te fait le plus vibrer et de te demander ce que tu peux faire aujourd’hui pour la mettre en oeuvre. Loin d’Internet, puis (si tu le souhaites) en ligne. Je t’assure que c’est puissant : tu te recentres immédiatement sur ce que tu veux, ce qui est le plus important pour toi. Même si ça fait peur, même si c’est l’inconnu. Mais prendre des décisions, c’est faire confiance à son intuition et aussi à la Vie. En faisant cela, tu fais confiance à ta créativité, et surtout, tu trouves tes propres solutions, en accord avec ta personnalité, tes valeurs, ton rythme, ton fonctionnement…

J’ai trouvé l’exercice vraiment très intéressant pour remettre les points sur les i, en ce qui me concerne.

Une nouvelle dynamique pour Le blog !

Et pour initier ce renouveau, j’ai l’immense plaisir (mêlé à un peu de trac et beaucoup d’excitation !) de t’annoncer qu’en juin, je lance deux nouveautés, qui me tiennent particulièrement à coeur !

  • Un podcast !
  • Une newsletter !

Après avoir passé tout le temps qu’on veut à en discuter avec les ami-e-s entrepreneur-e-s et/ou artistes, après avoir réfléchi et écrit (beaucoup)(trop), je me jette enfin à l’eau, et ça me rend tellement heureuse, si tu savais !

*Et toi ? Qu’est-ce que tu ferais si Internet n’existait pas ?*

Sofia

Pour t’inscrire à ma (future) newsletter, c’est par ici  ! 🙂

 

 

One thought on “Et si Internet n’existait pas, que ferait-on ?

  1. Marie says:

    Waw Sofia ! La puissance de cette question (Merci Cindy également ;))
    Franchement, t’as vu comment ça décuple notre créativité !!!
    Internet est un outil fabuleux et effectivement comme tu le dis si bien on peut vite s’y perdre.
    Je ne m’attendais pas à partir de Facebook et pourtant je pressens déjà l’espace de créativité que ça va me libérer. Et je trouve ça vraiment chouette que tu redonnes de la place à ton blog. J’ai hâte de découvrir ce que tu vas partager avec nous 🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *